Nous sommes tous des bêtes sauvages

Sélectionné dans « Un Certain Regard » et en compétition pour la Caméra d’or, Beasts of the Southern Wild (Les bêtes du sud sauvage), a de très grandes chances (permettez-moi de me mouiller) de remporter la Caméra d’Or en cette édition 2012 du Festival de Cannes.

La vie d’une petite fille, vivant dans les bayoux de louisiane, est radicalement transformée quand son père est victime d’une étrange maladie, alors même que le monde subit un déclin brutal. La hausse des températures entraine une montée des eaux et libère des créatures préhistoriques. L’enfant décide alors de partir à la recherche de sa mère.

Fable écolo ? Simple histoire de famille ? Que nenni ! La féérie de ce conte racontée par cette petite actrice sensationnelle nous a transportés, nous a bouleversés.

Le réalisateur de « beasts of the southern wild », Benh Zeitlin (au centre), entouré par ses deux acteurs : Quvenzhané Wallis et Dwight Henry

Curieusement, dans cette manière de filmer la misère et de la rendre belle, dans les couleurs des paysages, dans le lyrisme, on ne peut s’empêcher de créer un parallèle avec un autre film : Samson et Delilah, de Warwick Thornton, déjà lauréat de la Caméra d’or en 2009. Souhaitons que pareil destin arrive à ce film brillant premier film de Benh Zeitlin, porté par deux acteurs vibrants : Dwight Henry et la très jeune et très talentueuse Quvenzhané Wallis.

Thierry Frémaux, le délégué général du festival de Cannes, accueillant l’équipe de « Beasts of the Southern Wild »

Pour la petite anecdote nous étions assis juste devant l’équipe du film, qui le voyait pour la première fois. C’était très touchant de voir la réaction de ces acteurs, de ce réalisateur, de cette petite fille, que dis-je, de cette grande actrice ! On ne pourra que saluer leur modestie, voir leur timidité, face à la superficialité de certains sur les marches du tapis rouge…

L’acteur Dwight Henry après la projection du film

Beasts of the Southern Wild, un grand film, tout simplement. Guettez sa sortie dans les salles, et précipitez-vous !

Merlin Pitois

PS : article publié avant la remise des prix à Cannes. Pour mémoire, ce film a eu comme récompense au festival de Cannes la Caméra d’Or.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s