Après Mai

Olivier Assayas

Réalisation : Olivier Assayas
Interprétation : Clément Métayer, Lola Créton, Hugo Conzelmann, Félix Armand…
Durée : 2h02
Sortie le 14/11/12

Qu’est vraiment Après Mai ?
Un film engagé ? Une autobiographie de son réalisateur ? La recherche d’une esthétique, de l’ambiance des années 70, par nostalgie de cette époque ?

Après Mai traite de la jeunesse des années « après mai » 68, de ce qu’est devenu l’engagement politique et militant après cette révolution. On suit les tribulations de Gilles (Clément Métayer), sorte d’alter ego d’Assayas à 17-18 ans. Plus qu’un portrait des années 70, le film s’attache à peindre la façon dont Gilles vit l’effervescence politique et artistique de l’époque. Tous ces jeunes gens vont devoir faire des choix, trouver leur place dans une société en pleine mutation.

Après Mai manifestation

La force d’Après Mai, c’est avant tout son propos. Il traite de ces quelques années de transition entre l’adolescence et le passage à l’âge adulte, où les choix que l’on fait sont décisifs pour le reste de notre vie. Les choix de Gilles sont entre la politique et l’art, entre une femme ou une autre, entre la France, l’Italie ou l’Angleterre, entre la peinture et le cinéma. Tous ces choix qu’Assayas a fait il y a près de quarante ans, et qui l’ont amené à réaliser ce film aujourd’hui.

Lola Créton et Clément MétayerAssayas n’essaye pas de représenter fidèlement la jeunesse son époque, mais la jeunesse qu’il a connu lui, à travers ses yeux. Et sans s’inclure dans le récit, ce qui amène un recul – appréciable – dans son traitement du sujet.

Le film comporte du très bon : les costumes, l’esthétique des films tournés en Super 8, la bande-originale allant de la pop-rock « woodstockienne » aux premiers pas de la musique électro…
Malheureusement, il comporte aussi des maladresses : notamment dans le jeu des acteurs, tous novices ou presque. Si certains s’en sortent avec brio, d’autres sont moins crédibles, comme s’ils ne croyaient pas eux-mêmes à ce qu’ils disent. A force de laisser tant de liberté à ses acteurs, Assayas en oublie de les diriger, ce qui se révèle assez lourd de conséquences au vu du manque d’expérience des comédiens.

Assayas nous surprend avec Après Mai. C’est un film parfois maladroit et un peu trop long (2h02), mais qui mérite quand même le détour pour le propos traité avec passion et subtilité. Un film d’autant plus intéressant pour le jeune public qui n’a pas connu cette époque, mais n’entend que les récits fantasmagoriques et nostalgiques de ses aînés.

Merlin Pitois

©piu bella photographie
Olivier Assayas et ses deux comédiens : Clément Métayer et Hugo Conzelmann

Publicités

Une réflexion au sujet de « Après Mai »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s