La Chasse

Réalisation : Thomas Vinterberg
Interprètes : Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Annika Wedderkopp…
Durée : 1h51 – Danois
Sortie le 14 Novembre 2012

Comment ça le cinéma danois n’existe pas ? Un peu qu’il existe ! Et on s’en rend compte à Cannes :
– 1988 : Palme d’or pour Pelle le conquérant de Bille August (danois)
– 1992 : Palme d’or pour Les Meilleures intentions de Bille August (danois)
– 2000 : Palme d’or pour Dancer in the Dark de Lars Von Trier (danois)
– 2009 : prix du jury oecuménique pour Antichrist de Lars Von Trier (danois)
– 2011 : prix de la mise en scène pour Drive de Nicolas Winding Refn (danois), prix d’interprétation féminine pour Melancholia de Lars Von Trier (danois)

Vous voyez ? Le cinéma danois n’est peut-être pas aussi connu que le cinéma hollywoodien, mais il se défend plutôt bien grâce à quelques réalisateurs talentueux à la renommée mondiale. L’année dernière, il avait déjà bien fait parler de lui par la polémique créée par Lars Von Trier, lorsqu’il avait dit en conférence de presse qu’il « comprenait Hitler », mais aussi grâce au phénoménal succès qu’a connu Drive.

Cette année, il risque encore de faire parler de lui par le biais d’un film : Jagten (La chasse).   Il est en compétition officielle et risque de rafler au moins une, voir plusieurs distinctions…

Voici l’histoire de ce film : après un divorce difficile, Lucas, a trouvé une nouvelle petite amie, un nouveau travail et il s’applique à reconstruire sa relation avec Marcus, son fils adolescent, dont la garde a été confiée à sa mère. Mais quelque chose tourne mal. Presque rien. Une remarque en passant. Un mensonge fortuit. Et alors que la neige commence à tomber et que les lumières de Noël s’illuminent, le mensonge se répand comme un virus invisible. La stupeur et la méfiance se propagent et la petite communauté plonge dans l’hystérie collective, obligeant Lucas à se battre pour sauver sa vie et sa dignité.

Mads Mikkelsen et Thomas Vinterberg

     Jagten a pour force de ne pas tomber dans une empathie pour le personnage de Lucas, ou d’en faire un héros.  Ce film nous est présenté par un jeune réalisateur danois : Thomas Vinterberg, qui vient confirmer la bonne santé du cinéma danois, ainsi que son renouveau.
Cette histoire est portée à l’écran par un acteur hors-du-commun : le grand Mads Mikkelsen (que vous avez probablement vu dans un des derniers James Bond : Casino Royale), acteur vibrant qu’on a plaisir à voir revenir à des productions danoises après quelques excursions dans des films américains « à gros budget » (Le choc des titans, Les trois mousquetaires…)

     Jagten est un film complet, maîtrisé et subtil, dont nous vous conseillons vivement le visionnage dès sa sortie.

       Merlin Pitois

Amour

  • Amour

Réalisation : Michael Haneke
Interprètes : Emmanuelle Riva, Jean-Louis Trintignan, Isabelle Huppert…
Durée : 2h07

Anne et Georges, octogénaires cultivés, vivent ensemble depuis toujours dans un bel appartement parisien. Tous les deux anciens professeurs de musique, ils vivent une retraite paisible. Leur vie bascule le jour où Anne est victime d’un accident vasculaire cérébral.

Pour interpréter ce couple, Michael Haneke a choisi Jean-Louis Trintignant (très rare au cinéma) et Emmanuelle Riva, tous deux impressionnants du début à la fin. Isabelle Huppert incarne leur fille. Comment faire face quand l’être aimé est diminué physiquement et mentalement ? Comment préserver sa dignité ? Comment continuer à vivre ?

Un film qui traite de la vieillesse, de la dépendance mais qui parle surtout du couple en fin de parcours : le quotidien partagé, des gestes pudiques de tendresse mais aussi de violence, les corps abîmés.

Michael Haneke entouré de ses comédiens

L’appartement dans lequel se joue tout le film tient également un rôle central dans ce témoignage, chaque pièce, chaque détail comptent. Un film très concret donc, qui plonge le spectateur dans son propre futur et ses peurs.

Mais n’ayez pas peur ! Quoi que difficile, ne nous le cachons pas, ce film vaut cent fois le détour.

Clémence Halais

Nous sommes tous des bêtes sauvages

Sélectionné dans « Un Certain Regard » et en compétition pour la Caméra d’or, Beasts of the Southern Wild (Les bêtes du sud sauvage), a de très grandes chances (permettez-moi de me mouiller) de remporter la Caméra d’Or en cette édition 2012 du Festival de Cannes.

La vie d’une petite fille, vivant dans les bayoux de louisiane, est radicalement transformée quand son père est victime d’une étrange maladie, alors même que le monde subit un déclin brutal. La hausse des températures entraine une montée des eaux et libère des créatures préhistoriques. L’enfant décide alors de partir à la recherche de sa mère.

Fable écolo ? Simple histoire de famille ? Que nenni ! La féérie de ce conte racontée par cette petite actrice sensationnelle nous a transportés, nous a bouleversés.

Le réalisateur de « beasts of the southern wild », Benh Zeitlin (au centre), entouré par ses deux acteurs : Quvenzhané Wallis et Dwight Henry

Curieusement, dans cette manière de filmer la misère et de la rendre belle, dans les couleurs des paysages, dans le lyrisme, on ne peut s’empêcher de créer un parallèle avec un autre film : Samson et Delilah, de Warwick Thornton, déjà lauréat de la Caméra d’or en 2009. Souhaitons que pareil destin arrive à ce film brillant premier film de Benh Zeitlin, porté par deux acteurs vibrants : Dwight Henry et la très jeune et très talentueuse Quvenzhané Wallis.

Thierry Frémaux, le délégué général du festival de Cannes, accueillant l’équipe de « Beasts of the Southern Wild »

Pour la petite anecdote nous étions assis juste devant l’équipe du film, qui le voyait pour la première fois. C’était très touchant de voir la réaction de ces acteurs, de ce réalisateur, de cette petite fille, que dis-je, de cette grande actrice ! On ne pourra que saluer leur modestie, voir leur timidité, face à la superficialité de certains sur les marches du tapis rouge…

L’acteur Dwight Henry après la projection du film

Beasts of the Southern Wild, un grand film, tout simplement. Guettez sa sortie dans les salles, et précipitez-vous !

Merlin Pitois

PS : article publié avant la remise des prix à Cannes. Pour mémoire, ce film a eu comme récompense au festival de Cannes la Caméra d’Or.